À la douane

Nous voici à l’embarcadère de Chau Doc. Adieu, Vietnam !

Nous entrerons au Cambodge par bateau en remontant le Mékong. Evidemment, il faut passer par la case “poste de douane”.

Mais la surprise des voyageurs est de taille. L’exercice s’avère assez sportif : il s’agit d’abord de quitter le bateau, rapidement amarré à un pieu planté sur la berge. Une aide est indispensable aux personnes dépourvues de souplesse. Ensuite, on doit grimper un escalier de rondins glissants aux marches inégales, en se cramponnant à une corde qui sert de rampe.

Mékong, Chau Doc, Vietnam

Passage à la douane.

En haut de la berge, l’humidité provoque boue et petites mares. Enfin, au bout d’un chemin peu praticable, on parvient à une sorte de petit jardin au fond duquel s’élève le bâtiment des douanes.

Il nous faudra attendre plus d’une heure, debout au soleil, que papiers et passeports soient tous examinés et qu’un douanier vérifie que chaque visage ressemble bien à la photo des documents. Alors seulement les visas seront apposés.

Passeport en poche, il faut maintenant redescendre avec précaution l’escalier de rondins, qui a quelque ressemblance avec une passerelle de singe et sauter lestement (si l’on peut !…) sur le bateau.

Bonjour, Cambodge !

Nous pouvons maintenant voguer tranquillement vers Phnom Penh en savourant le plateau-repas qui nous a été distribué.Fleche droite vert