Adieu, l’Inde, bonjour, la France !

Vendredi 15 décembre

Nous avons profité d’une longue nuit reposante, et pourtant j’ai l’impression d’être plus fatiguée. Petit déjeuner tranquille avec photos pour le souvenir de ces derniers moments dans la ville sainte. Puis nous avons dépensé nos dernières roupies pour l’achat d’un paon en bois, oiseau symbole de ce pays.

Il nous reste deux heures pour équilibrer les valises, compléter les questionnaires et remplir les petites enveloppes pour les chauffeurs et les guides.

Après le déjeuner, départ vers l’aéroport de Bénarès pour  New-Delhi. À l’arrivée, Sandeep et Bertrand s’occupent de tout, nous avons juste à nous laisser guider. Mon bagage à nouveau a semblé poser problème : j’avais laissé mon appareil photo et mon téléphone dans mon sac, il aurait fallu les sortir. Mais bientôt tout est rentré dans l’ordre.

Pendant l’attente du décollage, Bertrand nous a terminé sa petite conférence sur le Bouddhisme, qui était très éclairante.

Notre avion avait une petite demi-heure de retard, mais le vol s’est passé sans histoire et nous avons à peine grignoté le petit en-cas proposé. La récupération des bagages a été particulièrement rapide. C’était alors le moment de remercier Sandeep pour son sourire, sa gentillesse et la grande qualité de son travail.

Un bus nous conduit alors à l’hôtel Vivanta, où un repas nous sera servi. Mais l’atteindre est une équipée, car les embouteillages nous ralentissent : il a fallu 3/4 d’heure pour aller de l’aéroport à l’hôtel. Sur place, nous prenons un petit repas et disons au revoir à Bertrand qui s’est montré un accompagnateur très précieux, attentif à tous nos souhaits et très efficace. Sans parler de sa gentillesse et de sa bonne humeur !…

Après le repas, une demi-heure a suffi pour regagner l’aéroport de New-Delhi. Cette fois, c’est sûr, nous rentrons en France. Nous devons à nouveau accomplir toutes les opérations d’enregistrement des bagages, d’immigration, de fouille et enfin, nous voilà dans salle d’embarquement, porte 17. Le retour est imminent.

Au revoir, Inde mystérieuse !…

À Roissy, bien que nous soyons sorties parmi les premières, nous faisons la queue si longtemps pour la vérification des passeports, qu’il ne restait plus que nos deux valises et quelques sacs sur le tourniquet. Nos compagnons n’avaient pu nous attendre pour nous dire au revoir, en raison des contraintes liées à la poursuite de leur voyage.

Mais comment ont-ils donc fait pour arriver avant nous ?

Voilà un bien grand mystère !…

Retour à : Voyage au pays des maharajas