Arrivée à Catane

Samedi : arrivée à Catane.

À Roissy depuis la veille, nous embarquons vers 13 h pour atterrir à 16 h30 à Catane.

La correspondante de notre voyagiste nous accueille pour nous confier aux bons soins d’un jeune homme chargé de nous conduire à l’hôtel Royal.

À l’hôtel Royal de Catane

Vue depuis la chambre d’hôtel

Nous sommes attendues à 19 h par Laura, notre guide, qui nous propose un apéritif de bienvenue sur la terrasse. De longues explications plus tard, nous partons vers la trattoria Giglio Rosso. En chemin, nous apercevons le Duomo, rencontrons nombre de jeunes gens bavardant ou riant bien fort, et passons devant la jolie église dédiée à saint François d’Assise.

Le Duomo

L’église Saint-François d’Assise

Juste en face, s’élève la statue d’un évêque charitable, Monseigneur Dusmet, dont Laura nous raconte l’histoire.

Statue de Mgr Dusmet, l’évêque des pauvres

Mgr Dusmet a été évêque de Catane à la fin du XIX° siècle. Cet homme s’est rendu célèbre pour au moins deux actions dont le peuple a gardé un souvenir ému. En 1886, une violente éruption de l’Etna menaçait la ville. Alors âgé de 68 ans, il redonna courage aux sinistrés et s’avança au-devant de la lave, portant devant lui le voile de sainte Agathe. La lave s’arrêta. Cet homme ne pouvait s’empêcher de donner aux pauvres le peu de biens qu’il possédait. À tel point qu’à sa mort, il n’y avait plus de draps pour l’ensevelir. Naturellement, la population reconnaissante lui en procura…

Laura ajoute que les habitants de Catane vénèrent toujours sainte Agathe, patronne de la ville, qui les protège des séismes et des coulées de lave de l’Etna.

Nous voici arrivés à la trattoria Giglio Rosso. Le repas se fait en plein air, dans un patio. On nous sert des assiettes de pâtes avec des moules ou des crevettes, de l’espadon aux amandes avec de la salade et une brochette de fruits posée près d’un petit gâteau vert en forme de sein de sainte Agathe.

Pâtes aux moules

Espadon aux amandes

Le sein de sainte Agathe

Le vin, selon mes voisins, n’est pas à la hauteur de la cuisine.

Mais il commence à faire frais et nous avons hâte de regagner notre hôtel pour nous reposer de cette fatigante journée.

Retour à : Tour de Sicile

À suivre : Sur les pentes de l’Etna