La fête de l’Huma

Chaque année, je passe quelques jours chez une amie  qui habite une petite ville endormie, au cœur du Berry.

Un jour, au cours d’une conversation, elle glissa :

« C’était le jour où mon père m’avait emmenée à  la fête de l’Huma ».

Ce détail était tout à fait marginal par rapport au sujet, mais le soir il me revint en mémoire. Et je m’étonnais.

Bien sûr, j’avais remarqué que, pour elle, visiter une église relevait davantage de la leçon d’architecture que d’un acte spirituel. Bien sûr, je savais que le cœur de son père battait plutôt à gauche. Mais il me semblait impensable que ce responsable de La Poste monte du Berry jusqu’à Paris, entraînant sa petite fille à la fête de l’Huma…

Deux ans plus tard, je feuilletais le journal local. Ce quotidien a eu l’heureuse initiative de mettre en avant la langue berrichonne à travers des articles et un petit lexique.

Me tomba alors sous les yeux le mot « luma ». Je demandai à mon amie le sens de ce mot.

« Oh ! Ça veut dire « escargot ». D’ailleurs, par ici, certains villages organisent chaque année une fête des lumas. J’y suis allée, une fois, avec mon père ».

Je ris toute seule de ma sottise.

Le plus amusant, c’est que, ce jour-là, nous avons visité La Châtre et, le midi, nous avons déjeuné au restaurant, un établissement très agréable, à la cuisine fine et réputée : il s’appelle « L’escargot » !!!

Escargot