Le parc national de la Terre de Feu

Départ matinal pour une découverte du parc national de la Terre de Feu.

Le paysage présente une terre pauvre, peu fertile, où paissent ici ou là des chevaux en semi-liberté.

À l'entrée du parc

À l’entrée du parc

Dès notre arrivée près du canal Beagle, après consultation du plan de l’endroit, nous partons pour une balade en sous-bois, conduits par Esteban.

La forêt est constituée de belles futaies de faux-hêtres, appelés ici guindos…

Guindo

Guindo

…ou lengas, selon que leurs feuilles sont persistantes ou caduques.

Futaie de lengas

Futaie de lengas

Nous rencontrons aussi quelques ficus.

Ficus

Ficus

Le tronc de ces arbres est parfois couvert de lichen chevelu ou porte des colonies de petits champignons dont se nourrissaient les Yamanas.

Champignons consommés par les Yamanas

Champignons consommés par les Yamanas

Certaines plantes semi-parasites appelées “lampions chinois” abondent sur leurs branches.

Lampion chinois

Lampion chinois

Nous sommes étonnés du nombre important d’arbres morts couchés par terre.

Arbres morts à cause du vent

Arbres morts à cause du vent

Notre guide nous a expliqué qu’autrefois, il y a quelques milliers d’années, le sol était gelé en permanence et ne permettait qu’une végétation de toundra : mousses et lichens. Lorsque le climat s’est réchauffé, la forêt a réapparu peu à peu, mais la couche d’humus, trop récente et encore trop mince, oblige les arbres à étaler leurs racines horizontalement.

Arbres à racines apparentes

Arbres à racines apparentes

Les vents violents de cette région les déstabilisent et si l’un tombe, il entraîne ses voisins avec lui. Les scientifiques estiment qu’il faut les laisser se décomposer sur place, mais le processus est très lent à cause du froid.

Le sentier serpente dans le sous-bois. De chaque côté, poussent des buissons à baies roses…

Buisson à baies roses

Buisson à baies roses

…et des variétés de Berberis à feuilles de buis et à fleurs orange.

Berberis à feuilles de buis

Berberis à feuilles de buis

Soudain, un chant d’oiseau attire notre regard : un bruant chingolo pépie sur un arbuste de la famille des séneçons, près d’un berberis à fleurs jaunes. (Merci à Yeap 31 de cette précision)

Moineau argentin perché sur une palomita, près d'un berberis à fleurs jaunes

Bruant chingolo perché sur un séneçon, près d’un berberis à fleurs jaunes

De temps en temps, entre les arbres, le sentier nous offre de magnifiques échappées sur la baie.

Échappée sur la baie

Échappée sur la baie

Un peu plus loin, nous traversons des tourbières où vivent beaucoup d’oiseaux : des faucons…

Faucon

Faucon

…des oies…

Oie sauvage d'Amérique du Sud appelée cauquen

Oie sauvage d’Amérique du Sud (ici, un cauquen mâle)

…mais aussi des moineaux et des grèbes, celui-ci est appelé maca grande. (Merci à Vincent Lutton de m’avoir donné cette précision !

Fuligule

Grèbe appelé “maca grande”

Voici un barrage de castors.

Barrage de castors

Barrage de castors

Quelques couples de castors ont été importés du Canada il y a plusieurs décennies pour faire le commerce de leur fourrure. Ces animaux se sont très bien acclimatés, mais sous ces latitudes leur fourrure est de très mauvaise qualité et impropre à la vente. Les castors ont donc été remis en liberté dans la nature. Sans prédateurs, ils se sont multipliés, ils rongent les troncs d’arbres…

Arbres détruits par les castors

Arbres détruits par les castors

…pour créer des barrages qui provoquent de véritables inondations, et détournent même le cours des rivières. On n’a trouvé actuellement aucune solution à cette prolifération catastrophique.

Hutte de castors

Hutte de castors

En dehors des castors et des oiseaux, le lieu semble inhabité, même si l’on nous affirme qu’il vit ici des renards et quelques autres mammifères sauvages.

De temps en temps, notre promenade nous offre de belles échappées sur la baie de Lapataia. Sur la plage, de grandes algues brunes sèchent au soleil…

Grandes algues brunes

Grandes algues brunes

…au milieu de coquilles de moules nacrées.

Moules sur le rivage

Moules sur le rivage

Nous quittons le parc après un dernier regard vers cette terre encore vierge, comme lors de la création du monde.

Dernier regard sur la baie

Dernier regard sur la baie

Fleche droite vert