Saint-Louis-des-Français

Aujourd’hui, pour notre dernier jour de vacances romaines, nous avons prévu d’aller voir l’église Saint-Louis-des-Français, près de la place Navone.

Le bus 40 nous conduit jusqu’au Largo Argentino. Nous sommes tout près. Cela nous permet de musarder, d’admirer le cerf et sa croix au sommet de Saint-Eustache. Cette décoration inattendue rappelle que, alors qu’il était encore général romain, ce saint, lors d’une chasse, vit une croix entre les bois du cerf qu’il poursuivait. Cette vision fut à l’origine de sa conversion.

L’église Saint-Eustache

Un peu plus loin, nous remarquons la coupole de Saint-Yves. La lanterne de sa chapelle est coiffée d’une spirale immaculée qui évoque la tour de Babel. On doit cette toiture hors du commun à Francesco Borromini.

L’église Saint-Yves

Bâtie au XVI° siècle, l’église Saint-Louis-des-Français fut en large partie financée par les souverains français, Henri II, Henri III et Catherine de Médicis, ce qui explique pourquoi elle est considérée comme l’église nationale des Français à Rome. Cette église présente une façade élégante à deux étages.

L’église Saint-Louis-des-Français

Dans Saint-Louis-des-Français, nous sommes comme en France. Tous les panneaux sont écrits dans notre langue et on y voit Louis XIV et saint Louis, ainsi que plusieurs autres Français illustres.

Le roi Saint-Louis

Le monument à Claude Gelée, dit Le Lorrain

Et hélas ! la discipline est française, c’est-à-dire qu’au contraire des églises italiennes, ici les touristes parlent fort, certains se permettent même de siffler et personne ne réclame le silence. Heureusement, la décoration intérieure est très belle et de très beaux tableaux du Caravage retiennent toute notre attention, notamment ceux qui retracent la vie de saint Matthieu.

Saint-Louis-des-Français – Le plafond

Le Caravage – Saint Matthieu et l’Ange

Le Caravage – La vocation de saint Matthieu

En fin de matinée, le bus 40 nous ramène vers la piazza Venezia et nous recherchons la petite trattoria où nous avions excellemment déjeuné au début de notre séjour. L’endroit, à l’ombre sur la terrasse, est très agréable et le service parfait. C’est très bien pour un dernier repas à Rome.

L’après-midi, le bus 118 nous conduit vers les Thermes de Caracalla. Hélas ! le site est fermé le lundi après-midi, ce que ne précisait pas le guide vert. Nous nous consolons en regardant à travers les grilles et en nous persuadant qu’il n’y avait peut-être pas tant de choses à voir…

Les thermes deCaracalla

Nous remontons donc tranquillement vers l’hôtel, en jetant un dernier regard sur le gisant de sainte Catherine de Sienne,

Sainte Catherine de Sienne

…le Vittoriano,

Le Vittoriano

…la statue de l’empereur Auguste,

La statue de l’empereur Auguste

…le forum romain et le Palatin,

Le forum romain

Le Palatin

…les marchés de l’empereur Trajan.

Les marchés de Trajan

Et nous terminerons la journée en faisant quelques emplettes dans la rue de la République. Des affiches vantant tout un programme de spectacles nous persuadent que nous aurions pu rester encore ici un jour ou deux, mais il faut bien se faire une raison !

Affiche des spectacles

À peine rentrées à l’hôtel, voilà qu’il se met à pleuvoir copieusement.

On dirait bien que Rome pleure notre départ !…

Retour à : Voyages