La presqu’île d’Ortigia

Après la visite du site archéologique de Neapolis, nous nous dirigeons vers la presqu’île d’Ortigia, rattachée à Syracuse par le ponte Nuovo. Le bus nous dépose près du pont Santa Lucia. De chaque côté, des barques colorées animent le port, près des quais.

La presqu’île d’Ortigia

Le port

Les quais

Et la statue d’Archimède est là pour nous rappeler que ce grand homme ne s’est pas contenté de crier “Eurêka” en sortant de sa baignoire lorsqu’il a découvert le principe qui porte son nom. Il s’est intéressé à toutes les disciplines scientifiques. Parmi ses inventions, citons la vis d’Archimède, vis sans fin qui permet de pomper l’eau. C’est également un jeu de lentilles et de miroirs de son invention qui lui a permis de mettre le feu à la flotte romaine qui assiégeait la ville. Hélas pour lui, il était aussi très distrait : lorsque les Romains, après trois ans d’efforts, finirent par entrer dans la ville, il ne s’en aperçut pas et, absorbé par ses calculs, il mourut transpercé par l’épée d’un soldat !…

Statue d’Archimède

Nous apercevons bientôt le temple d’Apollon devenu au cours des âges église byzantine, puis mosquée puis église normande. Il en reste aujourd’hui quelques colonnes du péristyle et une partie du mur de l’enceinte sacrée.

Le temple d’Apollon

Le temps est magnifique et incite à la flânerie. Justement, le Corso Matteotti s’offre à nous avec ses commerces de souvenirs et ses étroites ruelles adjacentes et de temps en temps, une jolie échappée sur la mer Ionienne.

Étroite ruelle

Par la via Landolina, nous rejoignons la superbe place du Duomo que domine la cathédrale dédiée à la Vierge Marie. Quelle étonnante destinée que celle de cet édifice  : un temple dédié à Athéna, construit 5 siècles avant notre ère, fut transformé en église chrétienne au 7° siècle. On voit encore des colonnes à gauche de l’édifice. La façade, détruite par le séisme de 1693, a été reconstruite en style baroque.

Le Duomo

La façade baroque du Duomo

Statue extérieure de sainte Lucie

À l’intérieur, le bas-côté gauche, très étroit, est séparé de la nef par les colonnes de l’antique temple grec. La chapelle Sainte-Lucie abrite d’ordinaire la statue de la sainte, patronne de Syracuse. Celle-ci s’est crevé les yeux pour échapper à la prostitution. On la représente portant ses yeux dans un plat ou tenant une lumière dans sa main droite.

L’intérieur du Duomo (1)

Le bas-côté gauche du Duomo

La nef

La niche (vide) de la chapelle Sainte-Lucie

Mais hier 6 mai, c’était la fête de la ville. Ce jour-là, la statue en argent de sainte Lucie est portée en procession dans Syracuse et exposée dans l’église voisine dédiée à la sainte. C’est donc là que nous sommes allées l’admirer.

L’église Sainte-Lucie

La nef de l’église Sainte-Lucie

Statue en argent de sainte Lucie

Sur la place, s’élèvent d’autres magnifiques bâtiments comme par exemple le palais Beneventano del Bosco de style baroque ou le palais du Sénat.

Le palais Beneventano del Bosco

En route pour notre restaurant, nous voyons de jolies charrettes décorées et de grands paniers qui ressemblent à des nasses à poissons.

Charrettes décorées

À la trattoria Archè, on nous propose des antipasti variés à base de moules, d’anneaux d’encornet frits, d’aubergines et d’olives. J’ai droit à du fromage et de la salade à défaut de moules. Ensuite, vient le plat de pâtes à la tomate et aux aubergines et un petit dessert frais  aromatisé à la pistache.

Déjeuner à la trattoria Archè

Antipasti

Double assiette de pâtes

Après le repas, direction Raguse.

Retour à : Tour de Sicile

À suivre : Ragusa Ibla